Beastybike
Vous êtes ici : Accueil » Vélos urbains » Vélos électriques » Comment bien choisir son vélo électrique ou Vae ?
Vélos électriques

Comment bien choisir son vélo électrique ou Vae ?

Je suis persuadé que vous connaissez tous le vélo urbain traditionnel mais peut être un peu moins le fonctionnement de son compère électrique, je me trompe ?

Ce type de vélo est composé d’une batterie et d’un moteur. Lorsque vous pédalez, le moteur se met en marche de manière automatique pour faciliter et aider l’utilisateur à pédaler. La batterie se branche chez soi sur secteur et vous vous pouvez facilement atteindre avec ce type de vélo une vitesse supérieur à 20km/h. Idéal pour faciliter l’ascension des montées ou son utilisation au quotidien du vélo. Maintenant que vous connaissez ses caractéristiques, vous êtes prêt à sauter le pas et à en acheter un. Laissez moi vous exposer quelques détails importants à savoir pour votre choix de VAE.

Avantages et les limites du vélo électrique
Les avantages ?
Vous faites du vélo à moindre effort et vous passez les côtes sans aucune difficulté. De plus, vous pouvez aisément transporter un enfant ou des bagages surtout si vous devez vous déplacer en étant chargé. On retrouve un certain confort d’utilisation avec cette assistance électrique qui est appréciable.
Les limites ?
Vous ne sentez pas le poids de votre vélo quand l’assistance électrique vous aide. Mais une fois que votre batterie est déchargée, votre vélo pèsera un poids considérable, ce qui l’empêche d’être utilisé sans assistance électrique. Choisissez donc le modèle le plus léger possible pour vous faciliter la vie ou même le transporter au quotidien. Si possible, prenez un modèle pliable surtout si vous passez par des endroits étroits ou pour le ranger dans votre immeuble. 
De plus, par sa valeur, le VAE suscite bien des convoitises et est donc plus susceptible d’être volé. Des précautions doivent être prises : retirer la batterie quand vous êtes garé, attacher son vélo avec un antivol… Tout autant de gestes obligatoires à mettre en pratique si vous ne voulez pas avoir de mauvaises surprises lorsque vous garerez votre vélo, en public notamment …

A qui s’adresse principalement le vélo électrique (VAE) ?
Les vélos électriques pourront être très utiles pour les personnes suivantes :
– Les personnes dont leur travail nécessite un déplacement régulier et qui souhaitent un moyen de transport propre qui peut affronter facilement le relief.
– Les personnes qui souhaitent utiliser le vélo sans se fatiguer et moins couteux à entretenir que la voiture.
– Les individus ayant peur de se remettre au vélo et qui veulent une méthode un peu plus douce et moins brusque.
– Les travailleurs qui veulent ne plus s’embêter à trouver un emplacement pour se garer lors de leurs déplacements professionnels et qui ne veulent plus perdre de temps dans ces déplacements.
– Les personnes ayant une santé fragile ou qui sont âgées et qui veulent commencer ou continuer le vélo de manière plus facile sans s’épuiser dans des déplacements quotidiens.

Les caractéristiques techniques : comment le choisir ?
• La batterie
Les performances sont exprimées en ampère heure (Ah), watt et volt, ce qui n’est pas toujours très clair pour le consommateur. Pour rentrer dans les détails un peu techniques, l’ampère se rapporte à l’électricité disponible dans votre batterie. Le voltage correspond à la tension de votre moteur. Lorsque vous multipliez les ampères par le voltage, vous obtenez, en W/h, la quantité d’énergie que possède votre batterie lorsqu’elle est totalement pleine. A titre d’exemple, 250 W/h est largement suffisant pour affronter n’importe quel relief. Pour résumer, plus l’ampérage est élevé, plus l’autonomie de votre vélo sera importante et plus vous pouvez parcourir de kilomètres.
• L’autonomie
Il est difficile d’établir une autonomie précise de votre vélo électrique. Beaucoup de critères rentrent en compte pour déterminer l’autonomie de votre vélo : votre poids, le relief, les intempéries comme le vent, votre intensité d’utilisation, le gonflage de vos pneus…. Un fournisseur honnête vous dira que votre vélo a une autonomie de moins de 100 km, ce qui est déjà énorme. Plusieurs dizaines de kilomètres sont donc faisables avec un VAE possédant une batterie chargée au maximum, pas de vent, des pneus bien gonflés et tout ça à une allure de 20 km/h environ. Il faut prendre en compte aussi que l’autonomie de votre vélo au début de son utilisation et son autonomie après utilisation et quelques cycles de charge diffère grandement. En effet, les performances de votre batterie vont se dégrader avec quelques cycles de charges et influencer sur votre vitesse et votre autonomie générale. Je vous conseille d’opter pour des vélos électriques équipés de batterie de marque Bosch, Panasonic, Yamaha qui sont d’excellentes qualités et qui dureront sur le temps.
Certains fabricants équipent leurs vélos de dispositifs qui permettent de récupérer de la charge pour la batterie lors des descentes et freinages. Vous pouvez alors bénéficier d’un supplément de charge au cours de l’utilisation, ce qui n’est pas négligeable et appréciable. Cependant, ce type d’équipement ne sera d’aucune efficacité si vous roulez majoritairement sur terrain plat. Adaptez donc votre équipement en fonction de vos besoins pour ne pas débourser des euros inutiles.
• Le moteur
Les moteurs peuvent être situés dans deux endroits différents : soit dans la roue (avant ou arrière), soit dans le pédalier. La dernière solution est plus appréciable car le vélo est bien équilibré (le poids du moteur, qui est conséquent, n’est pas situé à l’avant ou à l’arrière du vélo) et cela évite de gêner le changement de la roue en cas de crevaison. Cependant, si votre vélo est un VTT, le moteur à l’arrière permettra de donner une propulsion qui facilitera vos ascensions de reliefs et terrains ardus. Evitez le plus possible le moteur sur la roue avant car la direction sera plus difficile à cause du poids et donc rendra le vélo moins contrôlable et instable.
• L’assistance
La plupart des modèles haut de gamme possède un pédalier avec capteur de force. Qu’est-ce que c’est ? Placé sur le pédalier pour détecter la force de votre pied lors d’une poussée, il assistera en même temps que votre poussée de manière électrique. Résultat, l’effort fourni est réduit, le confort de route est augmenté, la sensation de légèreté et de contrôle est amplifiée. On se retrouve avec une conduite bien plus fluide et agréable que les modèles bas de gamme qui n’ont rien à envier. Dans ces modèles, l’assistance n’est pas progressive et se fait d’un seul coup quand on appuie sur les pédales. Une sensation de manque de contrôle peut s’engendrer et cette non adaptation peut rendre difficile le franchissement des reliefs. Cette assistance peut se régler grâce à une console dans le guidon avec différents niveaux et est adaptable en fonction de votre parcours et du relief à affronter. Très utile pour maximiser le confort de conduite.
Cette console permet également d’afficher, en plus du niveau d’assistance, l’état de charge de la batterie, la vitesse, l’autonomie, le nombre de kilomètres parcourus. Sur les modèles les plus perfectionnés, on retrouve même un système d’allumage des feux du vélo électrique. On peut retrouver plein d‘autres informations complémentaires également. Attention, ce genre de gadget ne se retrouve pas sur toutes les gammes de vélo. Les vélos électriques bas de gamme n’en seront pas équipés, ce qui peut être un inconvénient surtout pour contrôler votre autonomie. Rien de pire que tomber en panne de batterie au cours d’un de vos trajets et de devoir supporter le poids du vélo en pédalant sans assistance électrique. Encore une fois, choisissez bien vos modèles et ne rognez pas sur la qualité pour avoir un prix moins cher.

Le prix
En dessous de 600€, méfiez-vous car votre vélo aura forcément des choses en moins. C’est trop peu pour ce genre de technologie et vous risquerez d’être déçu. 
Entre 700 et 1 200 €, vous aurez déjà accès à des vélos possédant les caractéristiques basiques.
Entre 1 200 et 3 000 €, vous accédez à une gamme de vélos urbains de bonne qualité avec de nombreux équipements et accessoires (pédalier avec assistance, console de contrôle, cadre en aluminium…) et vous aurez également accès aux VTT électriques.
Au-delà de 3 000 €, vous trouverez un VTT haut de gamme ainsi que des vélos nommés « speed-bikes ». Ils sont capables de rouler à 40 km/h. Cependant, ils ne sont plus vraiment des vélos et subissent la même réglementation que les 2 roues c’est-à-dire assurance obligatoire, immatriculation, port du casque obligatoire…
À partir de 6 000 €, on se retrouve avec des VAE de compétitions et de qualité optimale. Tout équipés, vous serez pleinement satisfait de ce genre de modèle qui s’apparente à la Rolls Royce des vélos. On retrouve à titre d’exemple le Velo Fat outlaw 250 watts dans cette catégorie ainsi que le Fatbike Minifat : https://www.bikelec.fr/fatbike-minifat

Ou l’acheter ?
Vous les trouverez sur internet ainsi qu’en magasin. Il est pratique d’aller en magasin pour l’essayer et constater ses performances. Cependant, si votre choix est déjà fait, pourquoi se priver d’un achat sur internet bien plus pratique et offrant davantage de promotions et de bons plans ? Le site Bikelecfr est d’ailleurs très bon pour ça.

Comment l’entretenir ?
Les batteries en lithium-ion vous permettent de recharger votre batterie sans attendre qu’elle soit vide et de se voir risquer de diminuer son autonomie. Cependant, veillez à ne pas laisser la batterie branchée longtemps car à force, cela affecterait vos performances. Pensez surtout à bien utiliser votre vélo ou à le charger régulièrement le cas échéant car une batterie perd de sa capacité quand elle n’est pas utilisée de manière régulière. N’hésitez pas à consulter le site https://www.bikelec.fr/ pour plus d’informations.

Vola Vélo

Notre page Facebook