VolaVelo
Vous êtes ici : Accueil » News » Le vélo électrique continue sa progression
Le vélo électrique continue sa progression
News

Le vélo électrique continue sa progression

Le marché du vélo est connu pour être comme une étape de montagne du Tour de France, avec des hauts et des bas, mais le vélo électrique continue de progresser.

S’il y avait eu une grosse progression de celui-ci dans les années 1990 avec la démocratisation du VTT et la multiplication des pistes cyclables en ville, la France a ensuite pris du retard sur de nombreux pays voisins où le vélo, notamment en ville, a fini par devenir plus utilisé que la voiture. En France, on est encore loin d’une telle hégémonie du vélo urbain, à cause d’une capitale pensée pour la voiture et dont les habitants n’ont nullement l’intention de troquer le volant contre le guidon. Malgré cela, depuis 2016, les ventes de vélo ont énormément progressé, et ceci est dû essentiellement au boom du vélo électrique.

Et pourtant, d’après les chiffres de 2017, les ventes de vélo électrique en France ne représentent que 5% des ventes totales de vélo dans l’Hexagone, à comparer avec un taux de 15% en Allemagne ou même un succès incroyable de 45% en Belgique où un vélo sur deux vendus est donc électrique. Et ce n’est certainement pas pour grimper les montagnes de la Wallonie que les Belges s’équipent en électrique mais plutôt pour circuler dans les rues de Bruxelles avec le moins d’effort possible.

Le vélo électrique doit encore combattre quelques idées reçues
En France, pays bercé par l’effort des cyclistes en montagne, avoir un vélo électrique est encore perçu un peu comme un signe de duperie. C’est comme si Christopher Froome cachait un petit moteur dans son vélo. Mais si même lui, sans vélo électrique et malgré son échec de cette année, peut être le favori du Tour de France 2019 sur BetStars avec une cote de 3,35, même si Tom Dumoulin et Geraint Thomas ne sont pas loin derrière, alors le cycliste lambda se doit de n’utiliser que ses jambes pour se balader dans la nature. Mais si cette excuse peut se comprendre pour les amoureux de la montagne, elle n’est plus recevable pour tous les citadins qui commencent enfin à percevoir tous les avantages des vélos électriques.

La ville doit montrer l’exemple à la campagne
Une des principales raisons pour laquelle les gens de la ville n’utilisent pas le vélo est le fait de l’effort physique qui les fait arriver au travail en sueur ou haletant, et donc pas dans les meilleures conditions pour commencer la journée. Avec le vélo électrique, ce problème sera résolu. Ajouter à cela la surenchère de pistes cyclables dans toutes les agglomérations, les bouchons pour les voitures à chaque carrefour, le danger de circuler en moto ou en scooter dans les villes et surtout les pics de pollution atmosphérique mettant chaque année en danger la vie des plus fragiles et des personnes âgées des grands centres urbains, le vélo électrique ne peut que séduire tous les citadins.

Ceci explique pourquoi, en 2017, les ventes de vélo électrique ont augmenté de 90%, passant de 134 000 vélos vendus en 2016 à 255 000 l’année d’après, et alors que seuls 10 000 VAE avaient trouvé preneur en 2007, au tout début de l’apparition des vélos électriques, quand ceux-ci étaient encore aussi lourds d’un point de vue du matériel que financier.

Le vélo électrique continue sa progression

Des sociétés précurseurs apportent leur expertise 
Désormais, avec des compagnies comme Vélo Bécane, permettant d’acheter son VAE directement sur Internet et sans le moindre intermédiaire, les vélos électriques de qualité tournent autour des 1000 euros, un prix donc plus qu’abordable comparé par exemple à un scooter qui ne vous emmènera pas beaucoup plus loin ou vite en ville, mais qui en plus consommera de l’essence. Autre exemple de compagnies aidant au développement de ce type de vélos, les services d’Ecovélo en lien avec la municipalité de Dormont pour proposer des vélos électriques et écologiques en libre-service dans la ville.

Pour conclure, si nous sommes loin d’avoir la même culture du vélo que les pays du Nord, le boom du vélo électrique de ces dernières années est un signe plus qu’encourageant que nous pouvons encore rattraper notre retard, et surtout une preuve de l’énorme potentiel du marché français dans ce domaine.

Fixie Design

Notre page Facebook