Accueil / News / Rouler comme dans un rêve
Rouler comme dans un rêve
News

Rouler comme dans un rêve

Rouler comme dans un rêve est le carnet de route d'un périple à bicyclette autour du monde par Cécile et Cyril Colle.
YouTube Le Vélo Urbain

Rouler comme dans un rêve, c’est débuter la vie à deux en réalisant un rêve partagé. Pour leur voyage de noces, en 2015 Cécile et Cyril
s’évadent autour du monde à vélo. Avec Colca et Texou leurs fidèles montures, ils traversent neuf pays sur trois continents. En 12 000 kilomètres et autant de photos, leur enthousiasme grandit au rythme des coups de pédales. La joie simple comme un encas au sommet, l’authenticité d’un sourire au bord du chemin. Ou la générosité d’une nuit chez l’habitant, la spontanéité d’un échange sans parole.

Rouler comme dans un rêve

Chaque instant de cette parenthèse nomade remplit leur réserve de « petits bonheurs de l’existence ». Éblouissements, coups de pompe et fous rires, une année à explorer la planète et sa gigantesque palette d’émotions ! Témoin des moments de grâce comme des galères, ce récit saisissant donne à voir la face rocambolesque du voyage au long cours. Et cela au fil de péripéties qui ont fait tout le sel de leur échappée. De robinsonnades joyeuses en rencontres irrésistibles, c’est une invitation à boucler ses sacoches. Et enfourcher sa bicyclette, pour savourer à son tour le voyage à 360°.

Les protagonistes

Cécile, journaliste en presse territoriale avant le départ. Depuis le retour, a obliqué vers le milieu de la culture et du voyage à vélo.
Curieuse par nature, aime sortir des sentiers battus pour vivre de belles aventures. Plume de cet ouvrage et dessinatrice des carnets de
voyage en mindmap qui ont servi de base mémorielle au récit. Co-animatrice d’un débat « Cuisine et voyage à vélo » au Festival CCI.

Rouler comme dans un rêve

Cyril, directeur commercial dans l’agro-alimentaire avant de partir. Idem depuis le retour, mais en Provence et dans le vrac bio. Curieux de mettre son nez dans les fourneaux lointains et ses roues là où jamais cycliste n’a foulé le sol. Photographe de cet ouvrage, lauréat de deux concours avec la photo de couverture : « Le plus grand concours photo du monde » du magazine Photo et le hors-série « Voyager à vélo » de Carnets d’aventures. Son exposi- tion « Rencontres birmanes » a été programmée dans un festival de voyageurs, une médiathèque et un bar.

Extraits de Rouler comme dans un rêve

« Chaque soir dans des effluves fruités et sucrés, [l’artiste de la crèpe-banane] donne derrière ses fourneaux un véritable spectacle culinaire, fumant et diablement appétissant. Sur son stand à roulettes équipé d’une grande plaque chauffante, il dispose avec nonchalance une petite louche de pâte qui se met curieusement à gonfler. Dans un autre recoin de la plaque, l’air de rien il émince une banane en moins de temps qu’il ne faut pour prononcer le mot « banana ». Laissant les fines tranches de fruits rissoler, il saisit délicatement la crêpe pour la retourner sur le mélange qui commence à compoter gaiement. Avec un naturel désarmant, le voilà qui plie son ouvrage en un joli carré, qu’il finalise par un trait de lait concentré avant de nous tendre notre dessert, tout sourire. »

«De l’intérieur, les hurlements du vent et les claques infligées par la toile qui se plaque sur mon corps sans ména- gement sont terriblement impressionnants. Impossible de lutter contre cette puissance déchaînée. Cyril abdique et se glisse à mes côtés dans ce qui tient davantage de la calzone que de la tente. Miracle de la résignation, nous parvenons à nous rendormir dans ce vacarme infernal, emberlificotés dans un amas de toile méconnaissable. Quelques heures plus tard au réveil, la situation n’a pas changé.

Rouler comme dans un rêve

Je sors à mon tour pour éprouver en direct ces rafales qui doivent frôler les cent cinquante kilomètres à l’heure. La violence du vent est étourdissante. » « Autre personnage haut en couleurs : Raùl, 70 ans, dreadlocks d’origine et dentier flambant neuf, poète de son état et tenancier d’un mini-camping perdu dans la pampa argentine. Ce joyeux hurluberlu fait rimer “bunker” avec “bonne humeur” et lorsque nous lui demandons le wifi, indiqué à l’entrée, il répond : « tu vas au coin de la rue avec ton portable, tu rentres dans l’épicerie et tu lui demandes son code d’accès ». Du grand art! »

Format : 21×29,7cm relié, couverture rigide
160 pages en couleurs
Prix : 25 € TTC (+5 € de participation aux frais de port pour un envoi postal)
www.sellesetpoivre.fr 

Ajouter un commentaire

Ciquer ici pour laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

santafixie

Notre page Facebook